"LA RACE"

Caractère facile, capacités sportives, gabarit pratique, entretien simple et couleurs variées,
voici la recette du succès de cet anglais bon teint, né au pied d'un trône.

Sa popularité autrefois ...

De gauche à droite :
Charles II et son frère James II
The Cavalier pets Sir Edwin Landseer
Le Titien (1490-1576)

Sa popularité aujourd'hui ...

Zsa Zsa Gabor et son "Chevalier"
Christian Millau
Ronald Reagan


Son histoire

Dès le 18ème siècle, on trouve des représentations d'épagneuls nains sur des toiles célèbres. Grâce à la faveur du Roi Charles Stuart et surtout de son fils Charles II, la race se développe en Angleterre.
Ce dernier est critiqué pour la passion qu'il voue à ces chiens, nommés alors "king charles spaniels".
Ils sont ensuite délaissés pour des races à faces plates, telles que les carlins et les chiens asiatiques.
En 1926, l'américain Elridge propose un challenge aux éleveurs anglais : faire ressurgir l'ancien type au nez long. C'est chose faite en quelques années. Pour le différencier de son cousin à nez plat, le king charles actuel, on le nomme "cavalier". La race est reconnue par le Kennel Club anglais en 1945.
Depuis, le cavalier a mené sa carrière à grands pas et son entrée dans la famille royale n'est pas étrangère à sa popularité. En 1960, la Princesse Margaret en adopte un qu'elle bâptise Rowley, clin d'oeil à un lointain ancêtre de la princesse surnommé Old Rowley.
Quant à la consécration cynophile, elle remonte à 1973, année où "Alansmere Aquarius" décroche la distinction la plus prisée en Angleterre : meilleur chien de la prestigieuse exposition de Cruft.
Le cavalier s'introduit en France et en Suisse dans les années 70
et commence lentement son ascension vers la popularité.

Ses caractéristiques

Le cavalier est un solide petit chien, à l'ossature moyenne et au rein court, pesant entre 6 et 9 kg en moyenne. La tête au crâne plat, au chanfrein d'une longueur d'environ 3.8 cm, de grands yeux ronds et sombres lui donnant une expression très tendre, de belles franges garnissent les oreilles.
L'entretien de son pelage consiste en un brossage hebdomadaire et un bain de temps en temps.
Très sage à la maison, il se montre très enthousiaste à l'heure de la balade. Joueur et calin avec les petits et les grands, cet hyper-affectueux n'est jamais avare de tendresse. Il s'éduque facilement et dans la joie. Le cavalier fait des prouesses en agility où il est une des petites races les plus douées.

Le cavalier existe en 4 coloris de robe
De gauche à droite : blenheim, noir et feu, ruby et tricolore


-Tout droit réservé © Copyright Élevage du Moléson™